You are here: Home Bon usage ATB Antibioprophylaxie chirurgicale
Document Actions

Antibioprophylaxie chirurgicale

Le but de l’antibioprophylaxie en chirurgie est de réduire la prolifération bactérienne au niveau du site opératoire en maintenant des concentrations tissulaires d’antibiotique efficaces de l’ouverture à la fermeture de la plaie opératoire.

Associée à d’autres mesures (hygiène, antisepsie, sevrage tabagique, maintien d’une normothermie per-opératoire, réduction des temps opératoires…), elle participe à la diminution de l’incidence des Infections de Site Opératoire (ISO).

D’après les recommandations du collège français des anesthésistes-réanimateurs (CFAR) et de la société française d’anesthésie-réanimation (SFAR), l’antibioprophylaxie est prescrite lors de la consultation et/ou de la visite préopératoire et elle est tracée dans le dossier. Elle concerne des chirurgies de classe Altemeier 1 et 2, et tient compte des particularités du patient : allergies, portage de bactérie multirésistante aux antibiotiques (BMR), notion de reprise chirurgicale, …

L’antibiotique vise une cible bactérienne définie, dépendant du site opératoire et de la flore du patient. Il est choisi en fonction de son spectre activité, de sa diffusion tissulaire locale, de sa tolérance et de son coût. Son spectre doit être le plus étroit possible. L’injection de l’antibiotique doit avoir lieu environ 30 mn avant l’incision, elle ne doit pas excéder les 48 premières heures. La posologie initiale est généralement le double de la posologie unitaire utilisée en curatif et des réinjections sont fonction de la demi-vie du produit et indiquées dans la conférence de consensus.

Chaque établissement doit écrire ses propres protocoles en accord avec les chirurgiens, les anesthésistes-réanimateurs, les infectiologues, les microbiologistes et les pharmaciens, en se référant aux protocoles élaborés et actualisés par les différentes sociétés savantes. Ces protocoles, validés par le comité de lutte contre les infections associées aux soins (Clin ou sous commission de la CME) et la Commission du médicament et des dispositifs médicaux stériles (Comédims) de l’établissement, sont disponibles dans les blocs opératoires.